Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 08:00

Quand on s’intéresse à la vie et à la santé des abeilles, notre regard évolue.

 

Lors de promenades, en campagne ou en ville, notre œil est spontanément attiré par des détails que nous négligions jusqu’alors.

 

Ainsi, lorsque nous voyons de belles fleurs comme celle de cet hibiscus :

 BLOG6101

 

inévitablement, nous nous demandons pourquoi elle semble délaissée par nos abeilles.

 

Pourtant elle est appréciée par d’autres, comme cette petite abeille sauvage qui se couvre de son pollen :

 BLOG6102

 BLOG6103


Les pois de senteurs ne sont jamais visités par nos abeilles alors que l’abeille charpentière s’en délecte (voir article 16 – « L’abeille charpentière »  http://miel-et-abeilles-en-touraine.over-blog.com/article-16-l-abeille-charpentiere-53556083.html ).

 BLOG6104

 

C’est aussi le cas des orpins appréciés des bourdons et des papillons. (Sauf qu'en 2016, avec la sécheresse, les abeilles sont aussi venues sur les orpins)

 BLOG6105

 

Les exemples pourraient être nombreux, sans parler des grandes cultures où les traitements phytosanitaires peuvent éloigner tout le monde.

 

Est-ce que le pollen ou le nectar de certaines plantes serait considéré comme mauvais ou inintéressant par nos abeilles ?

 

C’est probable, mais l’instinct animal n’est pas toujours une valeur sûre : le pollen de certains tilleuls pourrait être toxique et pourtant les abeilles le butine. Ainsi l’âne d’un ami, échappé de son enclos, qui est mort brutalement après avoir mangé avec plaisir quelques brindilles d’un if.

 

Par contre, la morphologie de l’insecte et surtout la longueur de sa langue (ou proboscis : terme désignant l’ensemble des pièces buccales mobiles de l’abeille. Il désigne aussi la trompe de l’éléphant et d’autres animaux) sont primordiales dans le choix des fleurs visitées : il faut que fleur et insecte soient en adéquation.

 BLOG1705 

 

Mais aussi, de par leur vie en colonie, nos abeilles sont actives toute l’année alors que la plupart des abeilles sauvages sont solitaires et hibernent. Par conséquent, elles doivent stocker de grandes quantités de nourriture (pollen et miel) et se concentrent donc sur les sources d’approvisionnement les plus importantes du moment. Elles les exploiteront même électivement jusqu’à épuisement de la source en se passant le mot dans la ruche (voir article 56 – « Pourquoi cette abeille danse-t-elle en rond ? » http://miel-et-abeilles-en-touraine.over-blog.com/article-56-pourquoi-cette-abeille-danse-en-rond-118963787.html ).

 

Il faut donc que la plante produise un nectar attractif (bien sucré), en quantité et accessible à sa langue, et qu’elle soit, de préférence, largement représentée dans l’environnement proche de la ruche.

 

Le pollen de nombreuses plantes n’intéresse pas nos abeilles mellifères, ce qui montre l’importance des abeilles sauvages et des autres pollinisateurs.

 

Si cette année nous venons de faire une belle récolte de poires

 BLOG6106 

 

alors que le printemps très froid cantonnait nos abeilles dans les ruches, nous la devons probablement aux bourdons qui butinent à des températures basses et pollinisent les fruitiers.

 BLOG6107

 (Ici sur un orpin car en octobre les poiriers ne sont pas en fleurs !)

(Pour plus d’information sur la pollinisation voir article 19 - « Les abeilles au jardin » http://miel-et-abeilles-en-touraine.over-blog.com/article-19-les-abeilles-au-jardin-56789371.html )

 

Les milliers d’espèces d’abeilles sauvages et les autres insectes pollinisateurs sont donc essentiels à la fructification et à la sauvegarde de la biodiversité.

 

Voir à ce sujet l’article de Jean-Jacques dans son blog : http://apijj67.canalblog.com/archives/2013/03/31/26785077.html

 

et l’article de La Recherche : http://www.larecherche.fr/savoirs/environnement/meme-abeilles-sauvages-declinent-01-12-2009-87693

 

 

Cela m’amène à plusieurs réflexions :

 

Comme se le demandait une spectatrice, lors de la projection du documentaire « Des abeilles et des hommes » à Château-Renault, qui avait bien entendu que l’abeille « domestique » n’avait été introduite que récemment en Amérique du Nord : comment la végétation a-t-elle pu s’y développer alors que dans le même documentaire on reprend la fameuse phrase attribuée (faussement ?) à Einstein qui prétend que si l’abeille disparaît, l’humanité en a pour quatre ans à vivre.

 

Peut-être cette phrase serait-elle un peu plus juste si elle liait l’avenir de l’Homme, ou plutôt de la biodiversité, à l’avenir de toutes les espèces d’abeilles.

 

Mais alors, si ce sont les abeilles sauvages qui pollinisent le plus de végétaux, peut-on cesser de nous soucier des problèmes de santé de l’abeille mellifère ? Sûrement pas, car la plupart de ses problèmes sont aussi ceux des abeilles sauvages  mais on en parle moins, car moins visibles et moins étudiés.

 

Notre abeille reste donc un bon sujet d’observation, de préoccupation et d’étude. Des ruches qui meurent et une production de miel globalement en baisse : ça se voit et se mesure facilement (face émergée de l’iceberg ?).

 

Cependant, certains problèmes  peuvent être spécifiques à notre abeille en lien avec sa vie en colonie ou avec une apiculture intensive.

 

Une apiculture intensive avec un nombre de ruches trop important sur un même lieu, peut aussi venir concurrencer les abeilles sauvages et les priver des ressources nécessaires à leur survie.

 

Mais paradoxalement, une apiculture intensive va aussi venir au secours d’une agriculture intensive qui a détruit tous les pollinisateurs sauvages comme c’est le cas dans la culture des amandiers aux États-Unis.

 

Des arboriculteurs français font aussi appel à des apiculteurs pour faire polliniser rapidement leurs arbres entre des traitements rapprochés.

 

Plutôt que de compter sur une apiculture intensive, ne serait-il pas plus utile de se concentrer sur l’origine du problème du manque de pollinisateurs en général?

 

En parlant de traitement : pour obtenir les belles poires vues ci-dessus je n’ai fait que deux passages de bouillie bordelaise (à l’automne: à la chute des feuilles, et au printemps: avant la floraison) et une pulvérisation d’huile blanche en fin d’hiver. C’est tout et ce n’était, peut-être, même pas nécessaire !

 

Belles poires, mais à condition de les récolter avant que les frelons ne les aient toutes entamées.

 

Ici c’est notre bon gros frelon européen, que je trouve plus sympathique depuis que le frelon asiatique est arrivé en Touraine :

 BLOG6108 

 

Merci de votre attention, et … à bientôt sur :

 

http://miel-et-abeilles-en-touraine.over-blog.com

 

Henri

 

(Remerciements et Bibliographie : voir l’article n° 0 http://miel-et-abeilles-en-touraine.over-blog.com/article-0-remerciements-et-bibliographie-43600752.html )

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-France et Henri
commenter cet article

commentaires

Tyaz 12/03/2016 18:26

Bonjour, je suis tombé sur votre blog ( intéressant ! ) en cherchant si les abeilles butinaient le pollen des ifs, l'if étant réputé toxique ...pourriez-vous éclairer ma lanterne ?

Marie-France et Henri 13/03/2016 08:15

Bonjour,
Désolé, mais je ne sais pas.
Nous avons des ânes et nous ne voulons pas avoir d'ifs chez nous pour éviter un malheur comme il est arrivé à un ami. Un jour son âne s'est échappé de son prés et est allé brouter quelques brindilles de son if. Il en est mort rapidement. C'est en effet un puissant toxique.
Il faudrait demander à un apiculteur du midi s'il voit des abeilles dans les ifs.
Merci pour votre message.
Bien cordialement.

Olivier 20/10/2013 20:42

Eh oui, l'écosystème est un tout, ne vouloir protéger que les abeilles est tout aussi aberrant que de vouloir les détruire. De même que le frelon asiatique qui, malgré ses dégâts, va bien être
incorporé avec le reste des écosystèmes, les abeilles japonaises arrivent à étouffer les frelons asiatiques, alors, à un moment ou à un autre, nos abeilles vont bien trouver la technique :)

Henri 21/10/2013 15:28



Bonjour,


On peut toujours rester optimiste quand à la cohabitation des espèces mais il ne faut pas oublier que les évolutions de comportement peuvent prendre plusieurs milliers d'années.


En attendant, j'ai pu observer les frelons asiatiques se goinfrer d'abeilles (mellières et sauvages) sur les lierres où elles essayent de profiter des dernières sources d'approvisionnement avant
l'hiver.



ducas jean françois 13/10/2013 18:45

Bonjour,
Je suis à l'origine du document paru sur apimarne sur geobiologie et abeilles et m'interesse de plus en plus à ces phénomenes. Je me penche actuellement sur les couloirs d essaimage.Un a été décelé
actuellement.Je constate en permanence ces réactions sur mes abeilles et essaie d'etre au plus juste pour les positionnements de mes ruches (j'ai un bon paquet de ruches et ce n'est pas toujour
simple).Depuis 4 ans chaque essaim capturé est vérifié avec les baguettes et je passe le virus à pas mal de personnes.
J'envisage de relancer une formation dans la marne mais je suis à la recherche d'un formateur qui tienne la route (le formateur qu s'est déplacé etait super mais découvrait les abeilles)
Avez vous une piste à me fournir ? formateur,couloirs essaimage....

Merci d'avance

JFD

Henri 13/10/2013 19:51



Bonjour,


Merci pour vos recherches mais je n'ai pas de piste sur le sujet.


Le domaine reste encore à explorer.


Vous pouvez, peut-être, essayer de contacter les fournisseurs de baguettes.


Bien apicalement,



JL 07/10/2013 10:46

Encore un très bel article :-)

Ici à Liège, les sedums d'automne sont très prisés par les abeilles, alors que les fleurs commencent à peine à rosir. Elles y butinent assidument du matin au soir pendant plusieurs semaines puis
les délaissent une fois les fleurs passées au rose soutenu.

http://www.youtube.com/watch?v=8Vxf0H6O50I

Peut-être y a-t-il chez vous à cette période un nectar plus attractif ailleurs ?

Henri 07/10/2013 11:00



Bonjour,


Oui, en ce moment c'est la floraison du lierre qui fait le bonheur de nombreux insectes : de nombreuses espèces d'abeilles, des mouches, des papillons, des guêpes et des frelons
européens mais aussi les frelons asiatiques qui ne viennent pas pour les fleurs mais pour manger les abeilles qui butinent : c'est un fléau contre la biodiversité.


Bien jolie votre vidéo et votre remarque complète notre article.


Merci pour votre message.



oups 07/10/2013 10:17

Merci beaucoup, c'est très instructif & agréable à lire :-)

Marie-France et Henri 07/10/2013 10:31



Merci



Présentation

  • : Miel et Abeilles en Touraine
  • Miel et Abeilles en Touraine
  • : Un rucher en Touraine au fil des saisons, la vie des abeilles, les travaux des apiculteurs et leurs émotions.
  • Contact

Histoires en Touraine :

Notre amie Capucine11 nous raconte les merveilleuses histoires de la Touraine et du Val de Loire 
miniaturehttp://www.histoires-et-aventures-en-pays-de-loire.com

Promenade culturelle :

Découvrez la Loire à bord du Saint-Martin-de-Tours, la richesse de ses paysages, de sa faune et des inspirations littéraires qu'elle a suscitées.
BateauSaintMartinDeToursDevantLaLanterneCompressée
http://www.naviloire.com