Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 07:00

Nous n’avons fait la récolte du miel d’été que bien tardivement cette année (28 août) pour cause d’indisponibilité, mais aussi des floraisons tardives de certains champs de tournesols.

 

Marie-France, aidée de Christian, a bien sûr commencé par sa chouchoute (celle que j’aurais voulu détruire une année car je la trouvais trop faible pour passer l’hiver) :

 

BLOG5901

 

Cette colonie a la particularité de réduire très fortement sa population l’hiver, de démarrer doucement au printemps puis de faire de très bonnes récoltes de forêt et d’été. Elle semble ne pas essaimer mais se remérer seule (on lui a déjà trouvé en fin d’été une cellule royale de sauveté isolée au milieu d’un cadre).

 

Il s’agit, à l’origine, d’un essaim capturé loin de nos ruchers et provenant probablement des ruches d’un apiculteur professionnel les ayant transhumées dans ce secteur.

 

C’est très amusant et intéressant d’observer ces différences de comportement des colonies suivant leurs origines.

 

Ainsi, à l’inverse, ma « Ferrari » avec ses origines italiennes, fait tout l’inverse : démarrage très fort au printemps (ce qui a justifié que des apiculteurs importent ces apis mellifera ligustica lorsque la culture du colza s’est développée en France) mais elle a une tendance à l’essaimage qui rend les récoltes suivantes hypothétiques.

 

Le miel récolté au rucher de la Vallée de la Dême est bien clair :

 

BLOG5902 

 

Le tournesol est dominant dans cette récolte, ce qui n’est pas le cas du miel récolté à la Huberdière. Foncé, il demeure plus proche d’un miel de forêt. Pourtant il y avait bien aussi de grands champs de tournesols dans les environs. Avec Jacky, cela fait plusieurs années que nous constatons ce phénomène : est-ce un problème de semences comme beaucoup d’apiculteurs le disent ?

 

Après la récolte nous donnons les hausses à lécher aux abeilles pour pouvoir stocker des cadres propres, sans résidu de miel (voir article 22 – « fausses teignes mais vrai ou faux problèmes »    http://miel-et-abeilles-en-touraine.over-blog.com/article-22-fausses-teignes-mais-vrais-ou-faux-problemes-59148466.html ).

 

La pratique ancienne consistant à mettre les hausses à piller en plein air, si efficace qu’elle était, ne doit plus être utilisée à cause des risques de transmission de maladie et d’attirance du frelon asiatique.

 

Une fois le miel extrait,  nous remettons les hausses sur les ruches au-dessus de la grille à reine et d’une hausse vide.

 

BLOG5903

 

Si à la Huberdière les « Buckfast », affamées, se sont bien acquittées de ce travail, par contre, à la Vallée de la Dême, les hybrides ont certes fait le nettoyage mais elles ont aussi remonté du miel tout frais à cause d’un champ de tournesol très tardif.

 

Nous n’avions pourtant laissé les hausses à lécher que 48 heures.

 

Il aurait, peut-être, fallu ajouter un couvre-cadre nourrisseur sous la hausse vide. Ce que nous n’avions pas fait, n’ayant pas l’intention de nourrir à ce rucher (les ruches sont lourdes (plus de 20 kg en pesée arrière), il y a encore du miel à rentrer (c’est meilleur que du sucre) et à ce rucher Marie-France a déjà fait de bonnes expériences de passage d’hiver sans nourrissement d’automne (voir article 44 – « Nourrissement ou nourrissage … ou pas » http://miel-et-abeilles-en-touraine.over-blog.com/article-44-nourrissement-ou-nourrissage-ou-pas-110060044.html ).

 

Pour bien remettre les hausses sur leur ruche d’origine, lors de la récolte j’écris le numéro de leur ruche à l’aide d’un marqueur à la craie liquide :

 

 BLOG5904 

 

C’est facile d’utilisation, une fois sec cela ne s’efface pas dans les frottements des manipulations, mais on peut ensuite facilement tout effacer avec de l’eau et une éponge sans détériorer le bois des hausses.

 

 

 

Globalement, nous sommes très satisfaits de la récolte de miel d’été. Le contraire aurait été inquiétant avec le beau temps que nous avons eu en Touraine : beau mais pas trop chaud ni trop sec : l’idéal pour l’apiculture.

 

Deux hausses de miel récoltées sur plusieurs ruches de la Vallée de la Dême, qui, toutes hybrides qu’elles sont, sont arrivées à dépasser de quelques cadres, la « Buckfast » de la Huberdière.

 

Pour l’instant, mis à part la douceur bien réelle des « Buckfast », on ne peut pas dire qu’elles soient beaucoup plus avantageuses que les autres surtout qu’il va falloir les nourrir pour les aider à passer l’hiver.

 

 

 

Merci de votre attention, et … à bientôt sur :

 

http://miel-et-abeilles-en-touraine.over-blog.com

 

Henri

 

(Remerciements et Bibliographie : voir l’article n° 0 http://miel-et-abeilles-en-touraine.over-blog.com/article-0-remerciements-et-bibliographie-43600752.html )

Partager cet article

Repost 0
Published by Henri
commenter cet article

commentaires

MYGABEILLE 06/09/2013 23:56

meme constat que vous pour le tournesol tout dépend des semences les champs avec de beaux rangs bien rectilignes et tous de même hauteur ne voient aucune abeilles par contre des champs ou les
tournesols sont tantot petits grands clairsemés la regardez bien les butineuses seront par milliers tel fut mon constat dans pas mal d'endroits ou j'ai pu flané cette été !!!! après facile de faire
sa déduction soit même .....

Henri 07/09/2013 08:04



Nous sommes toujours prudents dans nos accusations car, à notre niveau de petit apiculteur amateur,  nous n'avons pas les moyens d'en apporter la preuve qu'il serait pourtant facile
d'établir scientifiquement s'il y en avait la volonté.


Mais le faisceau de présomptions que tous les apiculteurs expriment est flagrant.


Le plus important n'est pas nos petites récoltes de miel mais l'implication sur la santé de tous les autres pollinisateurs sauvages indispensables à la biodiversité.



Menard Marie 06/09/2013 09:38

Votre blog m'interesse,apiculteurs amateurs avec mon époux, nous suivons vos publications. Le frelon asiatique nous a détruit une ruche faible l'an dernier située en L & C . Nous habitons le
val de loire en loiret, proche du41.la récolte de nos 2 ruches est faible cette année. Merci de vos articles

Marie-France et Henri 06/09/2013 12:40



Merci pour votre message et l'attention que vous portez à notre blog.


L'arrivée du frelon asiatique et des conséquences possibles comme ce qui vous est arrivé, nous inquiète.


Bien apicalement



Présentation

  • : Miel et Abeilles en Touraine
  • Miel et Abeilles en Touraine
  • : Un rucher en Touraine au fil des saisons, la vie des abeilles, les travaux des apiculteurs et leurs émotions.
  • Contact

Histoires en Touraine :

Notre amie Capucine11 nous raconte les merveilleuses histoires de la Touraine et du Val de Loire 
miniaturehttp://www.histoires-et-aventures-en-pays-de-loire.com

Promenade culturelle :

Découvrez la Loire à bord du Saint-Martin-de-Tours, la richesse de ses paysages, de sa faune et des inspirations littéraires qu'elle a suscitées.
BateauSaintMartinDeToursDevantLaLanterneCompressée
http://www.naviloire.com