Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 10:33

Comme à chaque fois après le traitement à l’acide oxalique (effectué cette année le 08/12/2012) nous avons fait les comptages de chutes de varroas.

Voici les résultats observés au rucher de la vallée de la Dême :  


Ruche 08/12 11/12 12/12 15/12 18/12 20/12 Total 12j
n° 201 A.O. 151 35 62 30 11 289
n° 207 A.O. 76 16 28 17 6 143
n° 208 A.O. 19 10 13 5 2 49
n° 209 A.O. 3 1 4 1 0 9
n° 210 A.O. 32 4 5 7 2 50

   
       

Il est intéressant de comparer ces chiffres aux taux d’infestation trouvés par l’étude d’épidémiosurveillance (voir article 48 – Est-il vrai que les abeilles sont malades ? http://miel-et-abeilles-en-touraine.over-blog.com/article-48-est-il-vrai-que-les-abeilles-sont-malades-113229041.html ) sur les 300 abeilles prélevées dans chaque ruche :  

  

Ruche % infestation Total 12 j
n° 201 12,5 % 289
n° 207 2,9 % 143
n° 208 2,2 % 49
n° 209 0,6 % 9
n° 210 0,6 % 50


     
 
Les résultats sont globalement cohérents même si des pourcentages d’infestation proches donnent des chutes de varroas assez différentes (0,6 % sur deux ruches donnent 9 varroas sur l’une et 50 sur l’autre) (2,2 % donnent 49 varroas et 2,9 % donnent 143 varroas).

On pourrait aussi se dire qu’avec un même taux d’infestation, il doit tomber plus de varroas d’une ruche plus populeuse mais en regardant le nombre d’inter-cadres occupés lors du traitement à l’acide oxalique :

       
  

Ruche % infestation Total 12 j Nb inter-cadres occupés
n° 201 12,5 % 289 8
n° 207 2,9 % 143 8
n° 208 2,2 % 49 9
n° 209 0,6 % 9 8
n° 210 0,6 % 50 6




c’est l’inverse pour les deux ruches à 0,6 % d’infestation.

À noter que les prélèvements pour analyse ont été faits après 5 semaines de traitement APIVAR® alors que le traitement à l’acide oxalique a été fait bien après le retrait des lanières (laissées en place 8 semaines seulement car j’en étais resté aux 2 mois anciennement préconisés alors que maintenant il est préconisé de les laisser 10 à 12 semaines).

À noter aussi que la méthode de détermination du taux d’infestation par prélèvement d’abeilles ne s’intéresse qu’aux varroas phorétiques (*) mais pas aux varroas présents dans les cellules de couvain ou qui tombent naturellement, alors que nos comptages de chutes de varroas après A.O. ont lieu, a priori, hors couvain.


(*) phorétiques = présents sur les abeilles, de « phorésie » aptitude de certains animaux à se faire transporter par d’autres (voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Phor%C3%A9sie  ) 


D’après l’Abeille de France n°997, l’acide oxalique par dégouttement d’une solution sucrée agirait par voie topique et non par ingestion, c’est donc une action mécanique par frottement des abeilles dans la grappe qui ferait tomber les varroas et non par trophallaxie et le passage dans l’hémolymphe.

De ce fait, les quantités de varroas tombés après traitement seraient-elles dépendantes des qualités de nettoyage des abeilles de chaque colonie, ce qui pourrait alors expliquer le phénomène constaté entre les deux ruches infestées à 0,6 % : à vérifier.

 

 Ces chiffres nous disent plusieurs choses :

- Encore une fois, l’utilité du traitement hivernal supplémentaire vu le nombre important de varroas sur plusieurs ruches.

 

- Pourquoi une ruche (n° 201) est beaucoup plus infestée que les autres ?

À l’origine c’est un essaim piégé dans l’année.

Plus les colonies sont infestées de varroas, plus elles essaiment, donc en récupérant ces essaims on prend le risque de récupérer aussi les souches les moins intéressantes.

C’est aussi pour cela qu’il est conseillé de traiter les essaims dès leur capture, ce que nous n’avons pas fait cette fois-là : la ruchette-piège étant placée dans notre rucher, il semblait évident qu’elle avait récupéré un essaim venant d’une de nos colonies.

Nous avons appris récemment qu’il y avait d’autres ruches proches de notre rucher qui ne faisaient l’objet d’aucun traitement anti-varroa : il n’est pas impossible que cet essaim en vienne et … nous ait piégés !

 

- Globalement, il y a plus de varroas que l’année dernière.

Avec la mauvaise météo de 2012 et le retard de la floraison des tournesols, nous n’avons fait la dernière récolte et donc le début du traitement anti-varroa que fin août au lieu de fin juillet.

Un seul mois d’écart peut sembler anodin mais ce n’est pas le cas car les populations de varroas explosent à partir de début juillet alors que les populations d’abeilles décroissent.

 

Quant au traitement au thymol fait à la Huberdière (avec APILIFE-VAR® cette année) : les chutes de varroas après l’acide oxalique sont dans la lignée de ce que nous avons eu les autres années avec APIGUARD®, et donc toujours supérieures à celles du rucher traité avec APIVAR® (voir article 38-Comptage varroas hiver 2011-2012 :  http://miel-et-abeilles-en-touraine.over-blog.com/article-38-comptage-varroas-hiver-2011-2012-96163665.html ).

 

En espérant que la météo sera plus généreuse en 2013 pour les apiculteurs et …. Bonne Année à vous tous.

Merci de votre attention, et … à bientôt sur :

http://miel-et-abeilles-en-touraine.over-blog.com

Henri

(Remerciements et Bibliographie : voir l’article n° 0 http://miel-et-abeilles-en-touraine.over-blog.com/article-0-remerciements-et-bibliographie-43600752.html   )

Partager cet article

Repost 0
Published by Henri
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Miel et Abeilles en Touraine
  • Miel et Abeilles en Touraine
  • : Un rucher en Touraine au fil des saisons, la vie des abeilles, les travaux des apiculteurs et leurs émotions.
  • Contact

Histoires en Touraine :

Notre amie Capucine11 nous raconte les merveilleuses histoires de la Touraine et du Val de Loire 
miniaturehttp://www.histoires-et-aventures-en-pays-de-loire.com

Promenade culturelle :

Découvrez la Loire à bord du Saint-Martin-de-Tours, la richesse de ses paysages, de sa faune et des inspirations littéraires qu'elle a suscitées.
BateauSaintMartinDeToursDevantLaLanterneCompressée
http://www.naviloire.com