Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 08:30

Ces papillons paraissent bien inoffensifs, et ils le sont effectivement quand ils ont atteint pour quelques jours ce stade de papillon adulte :

BLOG2201

BLOG2202

Ils ressemblent à de grosses mites, de leur vrai nom Galleria mellonella pour la grande fausse teigne ou Achroia grisella pour la petite fausse teigne.

Ils ont la particularité d’aimer pondre dans les ruches où leurs œufs vont trouver la chaleur nécessaire à leur développement et leurs larves de quoi satisfaire leur féroce appétit (pollen, miel, cire).

En creusant des galeries dans la cire, elles détruisent le couvain et peuvent même s’attaquer au bois des cadres, voire de la ruche.

BLOG2203

Facile à élever, la larve de Galleria mellonella est vendue comme appât pour la pêche à la truite.

On peut imaginer qu’accrochée à l’hameçon elle soit bien remuante au bout de la ligne :

 

Elle serait capable de parcourir plus de 50 mètres pour rejoindre une autre ruche.

C’est pourquoi il vaut mieux débarrasser les matériels infestés.

Voilà ce qu’elles peuvent faire dans une ruchette-piège laissée trop longtemps sans qu’un essaim y soit rentré :

BLOG2204

 BLOG2205

On pourrait donc craindre pour nos abeilles devant ce désastre, mais, dans nos régions à hiver froid, la fausse teigne n’est pas un vrai problème pour les colonies populeuses et en bonne santé.

Les abeilles ne vont pas se laisser envahir par cette intruse et nettoieront tout œuf pondu par le papillon (des centaines).

Par contre, une colonie affaiblie, ou pas assez populeuse pour occuper et nettoyer tous ses cadres, pourra subir des dommages supplémentaires.

La présence de teigne est d’ailleurs un indicateur qui met en alerte l’apiculteur sur la santé de sa ruche.

Un vrai problème posé par la fausse teigne concerne surtout les cadres des hausses que l'apiculteur doit ranger après la dernière récolte en attendant le prochain printemps.

A notre premier hivernage de hausses, je les avais entassées à la cave en pensant qu’il n’y avait pas d’espace pour qu’un insecte puisse s’insérer dedans.

Placées dans le noir, au chaud (près de la chaudière), et sans aération : c’était le cas d’école à ne pas faire.

Donc le résultat fut une destruction de nombreux cadres et une bonne leçon.

Maintenant, comme la plupart des apiculteurs, après avoir fait lécher les hausses par les abeilles, je constitue des piles posées sur un support grillagé avec un couvercle, grillagé aussi, pour provoquer un courant d’air comme dans une cheminée.

BLOG2206

 BLOG2207

 BLOG2208

 BLOG2209

(À la place du grillage type « garde-manger », des grilles à reine sont, paraît-il, suffisantes.)

Lors d’une visite à l’écomusée d’Alsace j’avais appris que les anciens conservaient leurs légumes dans des feuilles de noyer séchées pour éloigner insectes et vers.

Depuis, c’est ce que nous faisons par exemple avec les carottes à la cave et ça marche bien.

Du coup, avec Jacky qui se souvenait avoir vu de vieux apiculteurs le faire, nous nous sommes mis à intercaler quelques feuilles de noyer entre les cadres des hausses pour les protéger des fausses teignes :

BLOG2210

En procédant ainsi, j’ai toujours retrouvé mes hausses en parfait état pour la saison suivante.

Maintenant soyons réalistes : je ne suis pas sûr qu’il soit nécessaire de mettre des feuilles de noyer si les hausses sont stockées dans de bonnes conditions (aération, lumière, froid) (*) et je ne suis pas sûr, non plus, que cela soit suffisant pour protéger complètement des hausses stockées dans de mauvaises conditions.

Mais cela a un très bon effet placebo sur l’apiculteur qui, pensant avoir fait quelque chose pour ses hausses, peut dormir tranquille.

C’est plus écolo que les boules d’antimite (paradichlorobenzène : soupçonné  d’être cancérigène, s’imprégnant dans les cires, totalement déconseillé et même interdit suivant les chartes de qualité et les pays).

C’est aussi moins coûteux que le bacillus thuringiensis qui a été utilisé en pulvérisation sur les cires pour les protéger des chenilles, mais ce produit commercialisé sous le nom de B401 n'est plus autorisé à la vente en France.

Le bacillus thuringiensis est le fameux BT dont on a extrait un gène pour créer des plantes génétiquement modifiées comme les maïs BT, cotons BT, sojas BT,…, qui vont sécréter la toxine sensée les protéger des chenilles.

Voir à ce sujet :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ma%C3%AFs_Bt

http://www.mdrgf.org/6.somOGM.html

 

 

Une autre façon de procéder serait de constituer des piles de hausses hermétiques et d’y faire brûler deux mèches de soufre à 15 jours d'intervalle (de préférence sans mettre le feu à l’ensemble !).

Pour être parfait aux yeux des services sanitaires, il faudrait aussi que le local de stockage soit dératisé.

Ils doivent craindre qu’une souris monte en haut de la pile exprès pour faire pipi sur les cadres et qu’elle transmette ainsi la leptospirose.

Comme il est difficile de concilier aération, dératisation et produits naturels, nous avons notre gardien de nuit à la grange : Caramel.

Et on voit comment ce travail l’épuise, car ensuite il a bien besoin de repos.

BLOG2211 

Merci de votre attention et …

… à bientôt sur http://miel-et-abeilles-en-touraine.over-blog.com

Henri

(Remerciements et Bibliographie : voir l’article n° 0 http://miel-et-abeilles-en-touraine.over-blog.com/article-0-remerciements-et-bibliographie-43600752.html )

 

(*) P.S. : Pour vérifier qu'il peut ne pas être nécessaire de mettre des feuilles de noyer quand les hausses sont stockées dans de bonnes conditions, je n'en ai pas mis pour cet hiver 2011/2012 : à suivre...
... suite : Effectivement, les hausses se sont bien conservées aussi sans les feuilles de noyer.

Partager cet article

Repost 0
Published by Henri
commenter cet article

commentaires

MYGABEILLE 07/09/2013 23:10

peut être ! j'avais pourtant sur cette ruche de très beaux cadres de couvain , j'avais bien attendu que mes cadres blanchissent pour mettre ma hausse par contre je n'avais eu depuis le debut du
printemps qu'un seul cadre a peine rempli de miel et voyait ma population s'affaiblir j'ai donc enlevé cette hausse inutile et en 8 jours la catastrophe est arrivée !!! amicalement

Henri 08/09/2013 09:09



Bonjour,


Il est possible qu'elle ait essaimé en début du printemps et qu'ensuite, avec le mauvais temps, la jeune reine n'ait pas pu être fécondée à temps pour reconstituer la colonie (nous avons eu le
cas sur une colonie où, par chance nous avons pu récupérer l'essaim et ainsi la reconstituer).


Bien apicalement,



MYGABEILLE 06/09/2013 23:50

bonsoir je viens de lire votre article sur la fausse teigne et je me retrouve donc ici toute jeune apicultrice puisque c'est ma toute première récolte de miel cette année mais que je fais de
l'apiculture depuis 3 ans (2 ans d'école dans un rucher école) je viens de perdre une ruche en 10 jours faible colonie je l'avoue de la fausse teigne.
a savoir qu'en parlant a l'ensemble de mes amis apiculteurs tous ce plaignent d'invasion de teignes en ce moment. Ne sachant que faire j'ai fait bruler tous les cadres et n'est conservé que le
corps de ma ruche que j'ai désinfecté avec un peu d'eau javellisée passée a la flamme repeinte (elle n'avait pas été atteinte) d'ou une petite question est il possible de faire quelque chose a
l'intérieur d'un rucher pour ce prémunir de cette fausse teigne ? Moi je vais prendre votre méthode pour le stockage de mes hausses on m'avait conseillé la lavande mais j'avoue qu'il n'en ai rien
un apiculteur a eu toutes ses hausses de détruites et pourtant garnies de lavande !!! merci de vos conseils amicalement
une apicultrice du 86 chatellerault vienne

Marie-France et Henri 07/09/2013 07:54



Bonjour,


Est-ce que votre ruche n'aurait pas été orpheline avant d'être envahie par la fausse-teigne?


Car, pour notre part, nous n'avons jamais eu d'envahissement sur des ruches actives.


Pour hiverner de petites colonies (essaims tardifs) nous réduisons l'espace intérieur avec des cloisons isolantes.


Lorsque nous avons des colonies orphelines, nous intervenons rapidement (fusion avec d'autres ou dispersion ou destruction suivant les cas) pour ne jamais laisser dans le rucher un lieu propice à
la multiplication des fausses-teignes qui peuvent faire plusieurs dizaines de mêtres pour envahir d'autres ruches.


Pour le stockage des hausses, il y a aussi la possibilité de faire bruler une mêche de soufre dans une colonne hermétique mais nous ne l'avons pas encore fait.


Bien apicalement,



Hervé Estival 22/08/2011 18:57


Je stocke les hausses à l'extèrieure, de bas en haut : palettes de niveau, pave autobloquant au 4 coins d'une grille à reine, 9 hausses empilées, grille à reine, pave autobloquant au 4 coins,
hausse vide, toit métal.
Pas de problème de teigne.
Cordialement


Henri 22/08/2011 19:43



Merci Hervé pour votre témoignage. Je n'étais pas sûr que des grilles à reines soient suffisantes. Cette année, par fainéantise, je crois que je vais me passer des feuilles de noyer. Quand les
hausses sont bien stockées, cela ne semble donc pas nécessaire.


Bien amicalement



Catherine 03/11/2010 10:56


Très belle photo du gardien, un port altier...
Et merci pour les infos... il nous est arrivé aussi par le passé d'avoir des hausses entière bonne pour un feu de joie, alors qu'elles étaient stockées au frais, mais peut être pas suffisament
aérées : sur fond de ruche, en format HLM et avec un couvercle de ruche au dessus de la pile de hausses.
Je vais tenter ta façon de faire, ça n'a vraiment pas l'air mal
Bonne fin de semaine


Marie-France et Henri 03/11/2010 12:12



Merci, et bonne fin de semaine à vous aussi.


Bien amicalement,



momo "la roche aux abeilles" 24/10/2010 12:33


Bonjour
Merci, de voir ce beau chat, dans le panier
pour la fete des chats
Amities


Marie-France et Henri 24/10/2010 18:12



Miaou!!!


(= Merci)


Bien amicalement



Présentation

  • : Miel et Abeilles en Touraine
  • Miel et Abeilles en Touraine
  • : Un rucher en Touraine au fil des saisons, la vie des abeilles, les travaux des apiculteurs et leurs émotions.
  • Contact

Histoires en Touraine :

Notre amie Capucine11 nous raconte les merveilleuses histoires de la Touraine et du Val de Loire 
miniaturehttp://www.histoires-et-aventures-en-pays-de-loire.com

Promenade culturelle :

Découvrez la Loire à bord du Saint-Martin-de-Tours, la richesse de ses paysages, de sa faune et des inspirations littéraires qu'elle a suscitées.
BateauSaintMartinDeToursDevantLaLanterneCompressée
http://www.naviloire.com