Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2010 4 08 /07 /juillet /2010 10:00

Vous commencez à bien connaître nos petites protégées. Aussi, aujourd’hui, j’ai envie de vous parler de ma grosse préférée : l’abeille charpentière.

BLOG1601

Noire, au vol bruyant, elle est impressionnante.

Notre jeune cadre dynamique et citadin est prêt à plonger sous la table dès qu’elle passe près de nous.

Pourtant, comme toutes les abeilles au butinage, elle n’est pas agressive.

C’est en venant habiter en bordure de la forêt de Beaumont la Ronce que j’ai appris à la connaître.

Quelle émotion d’observer cette abeille sauvage qui vient profiter des fleurs du jardin comme ce pavot (… uniquement ornemental !) :

BLOG1602

 

Quand les pois de senteur fleurissent, elles sont plusieurs à les butiner en permanence alors que nos abeilles mellifères les dédaignent :

BLOG1603

On a ainsi un bel exemple de la nécessité d’une variété d’insectes pollinisateurs pour sauvegarder la biodiversité végétale.

Cette grosse abeille solitaire doit son nom : « xylocope » ou « abeille charpentière » au fait qu’elle fait des galeries dans le bois pour pondre et créer des cellules pour ses progénitures.

Ainsi au jardin, en plus des fleurs, elle profite du bûcher où l'on peut voir des trous dans les bûches stockées :

BLOG1604

En sciant cette bûche dans sa longueur on découvre la galerie creusée avec la trace des cellules (ici 4) qu’un xylocope avait dû y aménager.

BLOG1605

 

BLOG1606Bien que le premier œuf pondu soit celui du fond, c’est celui le plus près de la sortie qui naîtra en premier pour libérer l’issue pour le suivant et ainsi de suite.

C’est merveilleux, mais cela semble si fragile face aux menaces que subissent les abeilles, que je suis très ému lorsque je vois ma grosse préférée réapparaître au printemps, heureux mais déjà inquiet pour l’année suivante.   

Fragile et pacifique : quoique ? Comme on le voit à la fin de la vidéo, entre elles, elles ne se font pas de cadeau et sont du genre « pousse-toi de là que je m’y mette ».

Écoutez aussi le bruit caractéristique de son vol. 

 

C’est une abeille et elle possède donc bien un dard qu’elle doit savoir utiliser :

BLOG1607(abeille morte trouvée dans le pluviomètre, probablement suite à une bagarre avec un congénère) 

Aussi vaut-il mieux ne pas chercher à jouer avec elle ni à l’attraper.

Contentons-nous de l’observer :

BLOG1608

BLOG1609 

BLOG1610 

BLOG1611 

Pour plus d’information, vous trouverez sur Internet de nombreux sites sur le xylocope comme celui-ci :

http://www.insectes-net.fr/xylocope/xylocop2.htm

http://www.insectes-net.fr/xylocope/xylocop3.htm

 

Merci de votre attention et …

… à bientôt sur http://miel-et-abeilles-en-touraine.over-blog.com

Henri

(Remerciements et Bibliographie : voir l’article n° 0 http://miel-et-abeilles-en-touraine.over-blog.com/article-0-remerciements-et-bibliographie-43600752.html )

P.S. : Depuis la parution de cet article, plusieurs lecteurs sont arrivés ici alors qu’ils cherchaient, eux, des moyens de se débarrasser de cet insecte.

Leur approche est donc moins romantique que la mienne mais provoquée par des dégâts non négligeables que pourrait faire subir l’abeille charpentière à toutes sortes de constructions en bois.

Voici, par exemple, la mésaventure de Robert G. sur son bateau:

"Il y a 3 ans.

Beau temps, tranquillement assis à bord, au port, je reçois depuis quelque temps une visite régulière d’une espèce de gros frelon. Gentil comme tout et curieux avec ça, se mettant devant ma figure pour me regarder. Bienvenue, l’ami. Au même titre que les mouches maçonnes, qui viennent fabriquer leurs nids et y pondre, mais collent et ne creusent pas.

Quelques mois plus tard, je découvre de la sciure à un endroit où je ne me rappelais pas avoir pas scié. Je ramasse. Un peu plus tard, rebelote. Je balaie, j’attends, et cela recommence.

Je fouille et trouve des trous dans des endroits. Inquiet, j’ai recours à ma seringue médicale et le xylophène et après plusieurs « tirs », voilà une bestiole qui sort en trébuchant d’un des trous.

Je l’achève à l’aiguille et l’observe. Jamais vu.

Sur Radio Bleu Provence j’entendais, un peu plus tard, un passionné parler des xylocopes et j’ai fait le lien. Des recherches sur internet ont relevé que ma victime était bien une abeille charpentière. J’en ai tué 4 à l’époque.

Fouillant différentes sources d’information, j’ai appris des choses sur l’animal, dont le plus inquiétant me semblait qu’elle se comporte comme un saumon ou une aiguille, revenant à son lieu de naissance pour recommencer le cycle. En général, les sources indiquent que cette abeille s’attaque de préférence/uniquement au bois tendre/pourri/humide, bien que certaines disent qu’elles s’attaquent aussi aux bois sains et durs.

Avec ces belles connaissances, j’ai été obligé de traiter une grande partie de mon bateau (13 m) de xylophène et de remplacer les parties abimées par mes amies. Ce que j’ai découvert à la dépose des pièces était terrible. Du bois creusé comme une éponge. Mais, après cela, plus de soucis, n’est-ce-pas ?

Eté, l’an passé, partis des Embiez, nous faisions route direction Italie et nous voilà en compagnie d’une abeille en pleine mer. L’ayant guettée, on a vu qu’elle tournait autour d’une pièce de bois bien précise : Le manche d’une gaffe en hêtre, parfaitement sain. A l’inspection, elle avait démarré l’amorce de 3 trous, dont un déjà traversait la pièce. Tout traité à nouveau au xylophène.

Cette abeille a abandonné le navire à Ventimiglia, frontière Italienne, car elle ne devrait pas avoir sa carte d’identité pour passer la frontière.

Ouf ! et voilà que cet automne, que cela recommence. Si j’avais enrégistré l’endroit au GPS, je suis certain qu’à quelques décimètres près, elles ont recommencé exactement à l’endroit où j’avais trouvé les gros malheurs trois ans auparavant. De surcroît, en automne (je les pensais tranquillement en hibernation), et dans un bois parfaitement sec, sain et DUR !

Cette petite expérience, qui m’exaspère, confirme deux choses : elles reviennent à leur lieu de naissance et donc elles s’attaquent au bois parfaitement sain et dur n’ayant pas d’alternative à cet endroit.

J’espère qu’elles n’attaquent pas la tête des mâts, car à cet endroit je ne les verrai pas.

Dans le cas où vous désiriez publier ce vécu sur votre blog (désolé, c’est négatif à l’égard de ces insectes), vous pouvez y aller.

Bien à vous

Robert G."

Et voici la suite de ses recherches et les liens qu’il nous propose :

"Voici 3 liens faire des montages de pièges pour abeilles charpentières, bien semblables et simples à faire et c’est ce que je ferai aussi. 

Une fois les abeilles dans la bouteille, je ne sais pas ce que les gens font avec. Les transporter ailleurs ? Les éliminer ? Elles sont réputées excellentes butineuses. 

Peut-être les proposer aux Chinois pour grillades ? 

J’ai vu aussi que pour déloger une abeille qui demeure dans le trou, on peut la chatouiller, faire du bruit ou injecter un peu d’eau savonneuse. La dernière méthode la fait sortir mais ne l’abîme pas et en plus elle sera propre. 

Une fois la mère délogée, les gens appliquent des insecticides pour tuer les larves et enfin, ils obstruent les entrées. Certains préconisent pour cela un peu de laine d’acier, car l’abeille n’y pourra rien. Pour ma part, comme les trous font 10 mm, je ferai rentrer des petits bouts de tige fileté inox de 10mm que j’ai encore quelque part. 

http://www.youtube.com/watch?v=5iFcZUngH1c&feature=player_detailpage 

http://www.youtube.com/watch?v=iGmBxD2oqX0&feature=player_detailpage 

http://www.youtube.com/watch?v=WP4Yy6ZdXzQ&feature=player_detailpage 

Je pense que les Américains se font des soucis au sujet des xylocopes par ce qu’ils ont beaucoup de maisons en bois. 

Pour vos autres questions : 

Non, aucune trace de capricorne ou similaire. Et mes amies sont absolument des abeilles charpentières, car comme j’en ai tuées, j’ai pu les regarder de très près. 

Pour ce qui est des cellules, oui, lorsque j’ai démonté les pièces abimées au début de l’année, il y avait des galeries impressionnantes, mais je n’ai pas vu s’il y avait différentes cellules, car j’ignorais encore l’existence de ce détail.. 

Pour ce qui se passe actuellement, il est impossible de sonder autrement qu’en ligne droite et je n’ai pas du tout l’intention de déposer la pièce attaquée. 

On va voir ce que donnera le piège et que faire d’éventuelles prisonnières, car je suis maintenant convaincu qu’elles reviennent systématiquement au même endroit. Cet endroit n’est pas mon bateau, mes un lieu dans l’espace qu’elles retiennent. ( XX ° YY ‘Nord, AA° BB’ Est, en occurrence une partie de mon bateau ). Ou le plus près possible pour trouver du bois. 

Voilà de quoi alimenter votre blog et les discussions. 

Meilleures salutations 

Robert G."

Partager cet article

Repost 0
Published by Henri
commenter cet article

commentaires

steffen 30/09/2015 15:09

merci pour cet article; je me demandais quel type d’hyménoptère venait tous les ans butiner les belles jardinières de ma maman et je me demandais surtout si elles étaient agressives bien qu'elles n'en ai pas l'air ( j'ai une peur bleue des frelons...). Mais j'adore les abeilles!!! ou en tout cas je leur voue un profond respect.
donc merci pour ces réponses, et comme une question en amène une autre, j' aurais bien voulu savoir si ces abeilles sont mellifères?!?

Marie-France et Henri 30/09/2015 18:26

Bonjour Steffen,
Merci pour votre message.
Ces abeilles sont solitaires et ne laissent qu'un peu de nourriture pour leurs larves dans les cellules où elles pondent. Elles ne passent donc pas l'hiver en colonie et n'ont pas besoin d'accumuler du miel comme nos abeilles. On peut donc dire qu'elles ne sont pas "mellifères".
Bien cordialement,
Henri

passiflore 23/07/2015 22:50

Cette nouvelle locataire qui vient de s'installer quelque part autour de mon chalet squatte gentiment ma glycine! A ce jour je ne l'avais jamais vue! Grâce à vous et vos superbes photos j'ai pu lui donner un nom et mieux la connaître! Merci!

Marie-France et Henri 24/07/2015 07:44

Merci pour votre message. En effet, elle aime bien la glycine. Bel été à vous.

kucharski 30/09/2010 11:44


Bonjour,

Merci beaucoup pour votre réponse à mon commentaire.
J'espère que, prochainement, les scientifiques vous aideront à préserver vos abeilles.

Bonne journée


nicole marchais 10/07/2010 21:17


Henri
tu as bien soigné ta chouchoute, les photos sont magnifiques mais que devient-elle l'hiver si elle reste dans une bûche,ne risque-t-elle pas de passer dans la cheminée? Je suis impatiente de ta
réponse
amitiés à vous deux
nicole


Marie-France et Henri 11/07/2010 07:23



Merci Nicole de t'inquiéter pour ma chouchoute mais elle ne craint rien.


En effet, les bûches ne servent que pour nicher, la ponte à lieu au printemps (mai-juin) et toutes les naissances seront terminées en fin d'été. Les abeilles charpentières adultes vont hiverner
en se cachant dans d'autres coins. Mais, promis, je ferai encore plus attention en alimentant la cheminée.


Bien amicalement,


Henri



EQ 10/07/2010 19:18


Merci pour cet article! J'observe cette abeille avec autant de bonheur dans mon jardin, sur les pois de senteur également. D'où l'utilité de garder un peu de bois mort!


Marie-France et Henri 10/07/2010 19:42



Et oui, elles en profitent.


Merci pour votre complicité.



Robert 10/07/2010 00:42


Elle me donne l'occasion de vous féliciter pour votre blog si vivant, et chez moi, elle raffole de mes sauges sclarées...


Marie-France et Henri 10/07/2010 07:44



Merci Robert,


En ce moment c'est surtout les bourdons qui sont dans nos sauges sclarées alors que les années précédentes c'était principalement nos abeilles : elles doivent avoir autre chose à se mettre
sous la trompe.


Bien amicalement



Présentation

  • : Miel et Abeilles en Touraine
  • Miel et Abeilles en Touraine
  • : Un rucher en Touraine au fil des saisons, la vie des abeilles, les travaux des apiculteurs et leurs émotions.
  • Contact

Histoires en Touraine :

Notre amie Capucine11 nous raconte les merveilleuses histoires de la Touraine et du Val de Loire 
miniaturehttp://www.histoires-et-aventures-en-pays-de-loire.com

Promenade culturelle :

Découvrez la Loire à bord du Saint-Martin-de-Tours, la richesse de ses paysages, de sa faune et des inspirations littéraires qu'elle a suscitées.
BateauSaintMartinDeToursDevantLaLanterneCompressée
http://www.naviloire.com