Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 10:15

Nous vous avons déjà présenté les habitantes de la ruche : la reine qui est la mère de la colonie et les ouvrières qui sont ses filles. Les ouvrières remplissent toutes les tâches domestiques : nourrir le couvain, nettoyer l’habitat, faire les courses (eau, pollen, nectar), chauffer, ventiler. Aux côtés de ces dames vivent aussi les mâles appelés faux-bourdons.

Ces derniers sont reconnaissables à leur plus grande dimension, à leurs gros yeux (munis de 7000 à 8500 facettes qui leur confèrent un champ de vision très étendu), à leur abdomen « rectangulaire » et au bruit qu’ils font en volant.

BLOG1101

 

Le faux-bourdon n’a pas d’aiguillon, donc il ne pique pas. Henri dirait : « de toute façon, les garçons, c’est plus gentil !! ». Il (le faux-bourdon bien sûr !) a par contre,  bien cachés, les attributs de son sexe : testicules et pénis.

Les mâles sont issus des œufs non fécondés de la reine (étrange, non ? Ce phénomène s’appelle la parthénogénèse). Ces œufs ont été placés dans des alvéoles dont les opercules sont proéminents et bombés. Nous en avons normalement observés lors de la visite de printemps à la périphérie du cadre de couvain.

BLOG1102

 

Plus tard dans l’été, les mâles peuvent aussi provenir d’ouvrières pondeuses en cas de disparition de la reine ou d’affaiblissement de celle-ci dans sa capacité à produire des phéromones, agents de cohésion de la colonie. Dans ce cas, le couvain de mâles est dispersé sur plusieurs cadres. La colonie sera dite « bourdonneuse » et périclitera rapidement.

Les mâles que nous voyons en ce moment sont nés tout à fait normalement au bout de 24 jours et ont une espérance de vie de 50 jours environ.

BLOG1103

 

Ils sortent de la ruche pour faire leurs besoins (encore heureux, ils ne font pas à l’intérieur !).

Les mâles ne vont pas chercher de nourriture, ni de nectar pour le miel. Ils s’invitent dans les ruches où ils vont manger copieusement. Ils vagabondent volontiers d’une ruche à l’autre, où ils n’ont pas trop de mal à se faire accepter (les filles sont bien bonnes !). Bref, ces faux-bourdons  sont comme des coqs en pâte.

Dans cette vidéo, essayez de repérer l'arrivée des faux-bourdons qui se signalent par leur vol bruyant :

 

Mais à quoi servent-ils donc ?

Pas de réponse intempestive s’il vous plaît mesdames…Pendant longtemps, on les a taxés de gros paresseux gourmands et inutiles, voire de parasites. Aujourd’hui, on sait qu’ils ont une utilité au sein de la colonie (le féminisme a eu ses heures de gloire !). Ils auraient un rôle de cohésion sociale, aideraient à chauffer le couvain rien que par leur présence et contribueraient à répartir le nectar entre les ouvrières pour la transformation de ce dernier en miel.

BLOG1104

 

Mais aussi et surtout, quelques uns d’entre eux seront indispensables à la reproduction lors de la période d’essaimage. On a encore besoin de garçons pour faire les bébés ! Pour ce faire, les faux-bourdons sont capables de se rassembler dans des lieux difficiles à identifier qui sont des lieux de rendez-vous où les jeunes reines vierges iront se faire féconder. Cela est joliment appelé « le bal des abeilles ».

Dans ces lieux de bal, le bourdonnement est intense, très haut à la cime des arbres. Le bal a lieu un jour où il fait chaud avec un vent très faible. Ils arrivent vers 12 heures au soleil, parfois de loin, de très loin même (5-10kms) et de plusieurs ruchers.

Environ une heure après, les jeunes vierges arrivent à leur tour, de plus ou moins loin aussi. Chaque jeune fille est prise d’assaut par un groupe de 10 à 100 prétendants : ça fait du bruit ! Dès que le soleil se cache, on n’entend plus rien.

Quelques mâles seulement auront la faveur de ces dames (10-15 environ). A chaque accouplement, la reine garde en elle le pénis du précédent et c’est le suivant qui extirpe l’organe de son prédécesseur pour l’honorer à son tour. Elle va ainsi être fécondée une seule fois par 8-15 mâles différents dont elle conservera les spermatozoïdes dans sa spermathèque (genre banque de sperme avec 5 à 7 millions de spermatozoïdes en stock).

Après l’union, les mâles meurent. Ils ne s’en remettent pas ! Les jeunes mariées rentrent à la ruche, une fois le vol nuptial achevé, avec le dernier pénis encore visible dans leur propre sexe. Ce dernier organe sert de bouchon afin d’éviter de perdre en vol la précieuse semence. Ensuite elles passeront tout le reste de leur vie à pondre.

Donc, nos gros mâles bruyants ne sont pas que des paresseux inutiles, car, au bal des abeilles, ils assurent la perpétuation de l’espèce et y laissent même leur vie.

L’an dernier, nous avons eu la chance d’entendre un bal des abeilles, dans les grands arbres situés au-dessus du vallon, à la croisée de plusieurs ruchers.

BLOG1105

Nous avons entendu mais rien vu. Imaginer est presque plus émouvant encore.

Le grand nombre de mâles produits permet le brassage génétique nécessaire au maintien de l’espèce. Mais tous ne seront pas allés au bal et ceux qui sont restés à la ruche, vont mal finir aussi. En effet, à la fin de l’été, les ouvrières vont les chasser, les tuer, manger les larves masculines. Pas question pour elles de garder toutes ces bouches à nourrir et devenues inutiles à la veille de l’hiver !

Cela s’appelle « le massacre des mâles ».

Nous vous raconterons prochainement les festivités vues du côté des femelles, les « reines-vierges », au cours de leur vol nuptial.

Douce rêverie, mesdames ! A bientôt.

Marie-France

(Remerciements et Bibliographie : voir l’article n° 0 http://miel-et-abeilles-en-touraine.over-blog.com/article-0-remerciements-et-bibliographie-43600752.html )

Rappel (pour Marc) : Sauf mention particulière, toutes les photos et vidéos présentées dans nos articles ont été prises par nous.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-France
commenter cet article

commentaires

tina 27/08/2016 22:58

Weh ,j'ai apris beuacoup plus de choses des abeilles maintenant.

Marie-France et Henri 28/08/2016 08:04

Merci pour votre commentaire.
Bonne continuation pour vos recherches d'informations. On a toujours besoin d'en savoir plus.
Bien cordialement.
Henri

marie-line 30/04/2010 14:03


Vraiment trop drôle Marie, j'en rigole encore ! Tu as dû bien t'amuser en écrivant... Pauvre Henri !
bisous. marie-line


Marie-France et Henri 01/05/2010 07:56



ça fait du bien de rigoler un peu, n'est-ce pas.


Bisous


Marie-France



Présentation

  • : Miel et Abeilles en Touraine
  • Miel et Abeilles en Touraine
  • : Un rucher en Touraine au fil des saisons, la vie des abeilles, les travaux des apiculteurs et leurs émotions.
  • Contact

Histoires en Touraine :

Notre amie Capucine11 nous raconte les merveilleuses histoires de la Touraine et du Val de Loire 
miniaturehttp://www.histoires-et-aventures-en-pays-de-loire.com

Promenade culturelle :

Découvrez la Loire à bord du Saint-Martin-de-Tours, la richesse de ses paysages, de sa faune et des inspirations littéraires qu'elle a suscitées.
BateauSaintMartinDeToursDevantLaLanterneCompressée
http://www.naviloire.com